Les origines de la poupée vaudou

Les origines de la poupée vaudou

January 7, 2020 divers 0

Selon Danaé Roux Custode, la poupée vaudou est un objet auquel il serait possible de lier l’esprit d’une personne dans le but de lui jeter un ou des sorts tout en gardant ses distances avec elle. Évidemment, pour que cela fonctionne, il faudrait respecter certaines règles comme créer sa poupée à partir de produits naturels tels que le bois, le coton ou la laine. De plus, la poupée doit contenir un élément appartenant à la personne que l’on souhaite atteindre comme un cheveu un ongle. Cette forme de magie essentiellement liée au vaudou des Antilles et de Guyane a grandement participé à l’image négative de cette religion. Pourtant, cette poupée semble avoir des origines européennes.

 

La poupée vaudou est une petite poupée de tissus ou de bois ou encore une petite statuette de cire ou d’argile que l’on doit confectionner en pensant à la personne visée. La poupée ou la statuette doit contenir un élément corporel de la personne, un cheveu, un poil, un ongle ou du sang. On peut se servir de la poupée comme un élément de transfert d’énergie. Ainsi, le rituel le plus connu est évidemment l’utilisation d’aiguilles plantées dans le corps afin de faire souffrir une personne. Si par exemple l’on vise le bras, la personne reliée à la poupée devrait souffrir au même endroit. On peut les piquer, les brûler ou même les empoisonner. Mais dans le sens positif, ça marcherait aussi. Pour Danaé Roux Custode, on pourrait tenter de guérir quelqu’un à distance avec des onguents ou de l’huile.

Dans l’antiquité

Il faudrait remonter dans le temps pour découvrir ce qui semble être la véritable origine des poupées vaudou. En regardant du côté de l’antiquité, on découvre les premières traces de poupée magique. Celle-ci se nomme alors DAGYDE du grec DAGOS signifiant justement « poupée ». L’un des premiers textes faisant mention de DAGYDE et les métamorphoses d’Apulée au deuxième siècle. Dans ce livre il est dit qu’une sorcière envoie sa servante recueillir des cheveux afin de jeter des sorts sur les personnes dont ils proviennent en utilisant évidemment la poupée.

 

Une poupée bien de chez nous

En Europe, cette pratique a été extrêmement reliée à la sorcellerie durant la fameuse chasse aux sorcières. La présence chez quelqu’un de la poupée vaudou peut le conduire directement à une réputation de sorcières et donc potentiellement le conduire immédiatement à la mort. En Grande-Bretagne, il s’est avéré que de nombreuses personnes fabriquaient des poupées de chiffon à l’effigie des sorcières pour s’en protéger lorsqu’il pensait être sous les sortilèges. En gros ces poupées de chiffons servaient de protection.

Les colons en partance pour ces nouveaux territoires comme Haïti restent imprégnés de ses croyances et de ces légendes autour de ces poupées magiques. Comme nous l’explique Danaé Roux Custode, c’est en côtoyant les familles blanches et leur histoire que les esclaves adeptes du vaudou auraient commencé à essayer d’utiliser ce système-là pour se venger. La poupée vaudou est donc née. Les prêtres et prêtresses vaudou se préparaient eux-mêmes les sortilèges et on suppose que des rites comme celui de la préparation du Banga auraient pu être adaptés à la poupée.